Comment financer une formation continue ?

Comment financer une formation continue ?

Comment financer ses études ?

La formation professionnelle peut être motivée par le souhait de développer ses compétences. De plus en plus de salariés choisissent de passer quelques heures de cours afin de développer leur carrière professionnelle. En France, la reconversion professionnelle est aussi une pratique courante. Les travailleurs préfèrent s’adapter aux besoins du monde du travail au lieu de rester sans emploi. Depuis quelques années, l’on constate que certaines activités sont en déclin tandis que d’autres domaines d’activités sont à la recherche de nouveaux employés. D’après une étude réalisée par l’Association nationale pour la Formation des Adultes (AFPA), près de 80 % des salariés avouent être prêts à suivre des études pour avoir la chance d’être embauchés dans les secteurs pourvoyeurs d’emplois. Quelles que soient les raisons qui incitent les employés à se performer, voici des moyens efficaces pour financer les études.

DIF – CPF et CPA : des moyens idéaux pour financer les formations à courte durée

Tous les salariés, quel que soit leur domaine d’activité, bénéficient d’un droit individuel à la formation (DIF). Mis à place en 2004, ce dispositif vous accorde un quota de 20 h de formation par an. Pour les 6 années cumulables, vous acquerrez donc 120 h de formation en tout. Dans le cas où vous envisageriez de booster votre carrière professionnelle, le DIF peut être bénéfique. Il vous permettra d’acquérir de nouvelles compétences et d’accéder à une promotion interne. Si vous êtes embauché en tant que commercial, vous pourrez suivre des formations dans le domaine du management afin d’être en mesure d’encadrer une équipe. En France, la bureautique et l’anglais font partie des cursus qui intéressent les salariés dans le cadre du DIF. Mais il est possible d’opter pour un éventail de formations de courte durée. Pour être éligible au DIF, il est indispensable présenter auprès de l’OCPA un accord écrit de votre employeur. Depuis le 1er janvier 2015, le Compte personnel de Formation est le nouveau dispositif en vigueur pour faciliter l’accès à l’emploi. Il s’adresse aussi bien aux salariés qu’aux personnes à la recherche d’emploi. Le CPF permet de cumuler jusqu’à 150 heures de formation. Pour les agents publics, l’État a mis en place le compte personnel d’activité (CPA) depuis le 1er janvier 2017. Pour ce dispositif, les mêmes avantages que ceux du DIF sont maintenus.

Accédez à l’emploi de vos rêves en finançant votre formation grâce au CIF

Si vous envisagez de changer de métier, la CFP ou le CPA ne couvriront pas vos besoins de formation. Pour pallier ce problème, l’État met à votre disposition le Congé individuel de formation (CIF). Ce dispositif permet de bénéficier d’une formation professionnelle de longue durée. La durée des cursus peut aller jusqu’à 1 an en plein-temps ou de 1 200 heures à temps partiel. Le CIF est destiné à tous les salariés, qu’il soit en CDD, en CDI ou intérimaire. Pour être apte à suivre des formations dans le cadre du CIF, il est de rigueur de respecter certains critères d’ancienneté :

— Si vous êtes embauché en tant que CDI, vous devez justifier de 24 mois de travail pour pouvoir bénéficier du CIF. Cette durée s’étend jusqu’à 36 mois si l’entreprise où vous travaillez ne compte qu’une dizaine de salariés.

— Dans le cas où vous auriez signé un contrat de travail de type CDD, une durée de travail de 24 mois pendant les 5 dernières années est requise.

— Pour les intérimaires, leurs horaires de travail en intérim doivent excéder les 1600 heures pendant les 18 derniers mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *